La matrice de décision pour choisir la meilleure solution

matrice de décision

Quand plusieurs options s’offrent à vous, il n’est pas toujours facile de choisir celle qui est la plus pertinente.

Pourtant, choisir la meilleure solution est souvent une étape fondamentale pour vous permettre de résoudre un problème.

Alors comment faire ?

Voici une astuce imparable : la matrice de décision.

Comment faire un choix? 

Il existe beaucoup d’astuces pour savoir comment faire un choix.

Mais avant de faire ce choix, il faut déjà voir quels sont les possibilités d’action à notre disposition.

Les étapes doivent préalablement être constituées en :

  1. 1
    Définir le problème;
  2. 2
     Rechercher les causes du problème;
  3. 3
    Trouver toutes les solutions au problème.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces trois étapes, je vous invite à consulter notre article sur la définition des problèmes, sur la recherche de la cause des problèmes ou encore sur comment trouver la solution au problème.

Une fois ces trois étapes effectuées, et un nombre de solutions plus ou moins élevées en votre possession, il vous faudra faire un choix.

Avant d’étudier froidement la matrice de décision, qui permet de choisir de manière rationnelle la chose la plus efficace à mettre en place, il faut éliminer tout aspect émotionnel.

Parfois, les problèmes impactent directement notre vie et on a l’envie de prendre la décision la plus radicale possible. Cela nous donne l’impression d’éliminer le problème.

Pourtant, la solution la plus radicale n’est pas toujours la plus pertinente. Il faut surtout choisir la solution qui traite le fond du problème pour éviter que cela ne recommence à l’avenir !

Pour calmer vos émotions, vous pouvez :

  1. 1
    Vous isoler au calme;
  2. 2
    Prendre du temps pour méditer;
  3. 3
    Écouter votre intuition;
  4. 4
    Envisager les conséquences de chacun de vos choix;
  5. 5
    Vous projeter dans l’avenir : est-il intéressant de se défouler les nerfs maintenant et de le regretter par la suite ?

Faire un choix implique de prendre des décisions rationnelles et réfléchies. Une fois l’aspect émotionnel éliminé, vous pouvez passer à la partie analyse. 

Pour cela, voyons le fonctionnement de la matrice de décision.

Le fonctionnement de la matrice de décision 

Tout d’abord, voyons ce qu’est la matrice de décision.

Celle-ci constitue en un tableau, dans laquelle on met les critères de sélection que l’on juge utile.

Ces critères :

  • doivent être prédéfinis et évalués comme pertinents, à travers une étude précise. 
  • doivent être nuancés en fonction de leur importance. Un peu comme les coefficients qu’on donne à chaque matière pour évaluer la note des élèves au Bac ! 
matrice de décision

Construire la matrice de décision

Voyons maintenant les différentes étapes à adopter pour remplir ce tableau.

La matrice de décision pour choisir la meilleure solution 1

Etape 1 : Définir l'objectif

Avant de remplir ce tableau, commencez par noter à nouveau votre objectif, c'est la décision que vous devez prendre. 

Faites en sorte qu’il soit aussi clair et précis que possible.

Un objectif vague donnera une solution vague !

Prenons un exemple simple pour illustrer la construction de la matrice de décision.

Exemple :  Décider quel appartement acquérir.

Etape 2 : Lister les choix

Commencez à remplir votre tableau en listant tous les choix à votre disposition.

Encore une fois, pour définir quels choix sont à votre disposition, un travail d’évaluation préalable est essentiel.

Je vous invite donc à consulter les articles évoqués ci-dessus.

Exemple : Appartement A, Appartement B, Appartement C

Etape 3 : Déterminer les critères de sélection

Listez les critères qui vous aideront à sélectionner le bon choix.

Dans un premier temps, dresser la liste de tous les critères.

Dans notre exemple d'acquisition d'un appartement, les critères peuvent être :

  • Le coût d'acquisition;
  • La superficie;
  • Sécurité du quartier;
  • Emplacement calme;
  • Proximité d'une salle de sport (Etant un grand fun de sport, ceci est un critère important pour l'acheteur);
  • Proximité des autres commodités nécessaires (ex: commerce de proximité ou supermarché, station de métro);
  • Proximité du lieu de travail;
  • ...

N'essayez pas de limiter le nombre de critères choisis, au contraire pensez large et intégrer tous les facteurs qui peuvent vous aider à prendre une décision pertinente.

Etape 4 : Pondérer les critères

Les critères n'ont pas tous la même importance et le même poids.

Il faut donc prendre le temps pour bien réfléchir et donner le poids adéquat. 

Pour cela, il faut se poser la question:

Quels sont les critères impératifs dans ma solution, que je dois obligatoirement avoir (must to have), et quels sont les critères qui sont un plus mais ne sont pas obligatoires (nice to have).

Et ensuite, je donne une note à chaque critère selon son importance (un poids).

Dans notre exemple d'acquisition d'un appartement, la proximité du travail ainsi que d'une salle de sport sont d'une importance capitale pour notre acheteur.

En effet, actuellement il passe 2h:30 chaque jour pour les allers-retours à son travail, et il souhaite avant tout réduire ce temps qu'il considère perdu.

Notre acheteur est aussi un grand sportif qui va dans une salle de gym 4 fois/ semaine, c'est donc important pour lui que ce soit à proximité.

Ceci dit, ces critères sont tous les deux importants mais non pas le même poids: la proximité du travail a plus de poids pour notre acheteur.

Les choix qu'on garde doivent tous remplir les critères impératifs, et c'est les critères secondaires ou souhaités qui nous aiderons à prendre une décision.

Pour un problème simple, on peut se passer des poids et catégoriser les critères en 2 catégories seulement: impératif et souhaité.

Etape 5 : Dresser la matrice de décision

Il est temps maintenant de créer votre tableau:

  • Mettez les choix à votre disposition dans les lignes;
  • Mettez les critères et leurs poids dans les colonnes;
  • Commencez par le premier choix, et pour chaque critère donnez un point qui va de 1 jusqu'à 10 et multiplier le par le poids du critère.
  • Après avoir parcouru tous les critères pour un choix, calculez le total.
  •  Ensuite, faites de même pour le choix suivant.
  • Ainsi vous pouvez comparer les totaux de chaque choix pour en choisir à la fin le choix qui a le plus de points.

Dans notre exemple, nous obtiendrons alors la matrice suivant :

Matrice de décision

La décision à prendre est alors d'acquérir l'appartement C qui a le plus de points.

Modèle de la matrice de décision

Nous mettons à votre disposition ce modèle Excel de la matrice de décision que vous pouvez télécharger et adapter à votre problème:


Télécharger ce modèle de matrice de décision


Les limites de la matrice de décision

La matrice de décision permet de prendre des décisions rationnelles et objectives, en donnant des points pour chaque critère, pondérés en fonction de l’importance de chaque critère.

Si c’est un bon moyen de fonctionner, il n’en demeura pas moins très imparfait.

Tout d'abord, car les critères et le niveau de pondération sont définis par vous-même, de façon arbitraire. Or, comme le dit l’adage “l'erreur est humaine”.

Il n’est donc pas rare de se rendre compte, a posteriori :

  • Qu’on a oublié des éléments;
  • Qu’on a donné un coefficient trop fort à certains éléments;
  • Ou encore qu’on a sous-évalué l’impact d’un élément.

En outre, nous vivons dans un monde en perpétuelle évolution. La réalité aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain !

Ainsi, un facteur important le mois dernier n’est peut-être plus très pertinent aujourd’hui !

Voici un exemple tout simple :

  1. 1
    Avant la crise du coronavirus, la croissance d’une PME qui vend des parfums se faisait par rapport au nombre de boutiques ouvertes chaque années; 
  2. 2
    Depuis la crise, la croissance va s’orienter progressivement vers d’autres facteurs permettant une diversification du risque (internet, vente sur catalogue, vente à domicile)

 Les facteurs et les coefficients ne sont plus du tout les mêmes entre ces deux périodes, séparées de seulement quelques semaines.

Dans le premier cas, les deux facteurs centraux sont la croissance et le nombre de boutiques.

Dans le second, c’est la réduction du risque et la diversification des moyens de distribution.

Astuce : Si vous constatez que votre matrice de décision nécessite des modifications, je vous conseille vivement de tout reprendre depuis le début. Votre analyse est probablement incomplète et faussée.

Aussi, il faut comprendre :

  • que la matrice de décision est utile à un instant t,
  • mais qu’elle n’est pas forcément duplicable,
  • et qu’elle doit être mise à jour régulièrement.

La matrice de décision est très utile et très puissante si vous l’utilisez avec intelligence.

Mais ne la prenez pas comme une solution miracle : elle souffre des problèmes inhérents aux biais humains qui l’ont construit !

Une dernière limite que l’on peut exposer sur la matrice de décision, est qu’elle prend chaque critère de manière indépendante pour prendre une solution.

Alors que les critères peuvent être interdépendants dans problème complexe.

Des solutions pour améliorer votre matrice 

Dans cette partie, je vais brièvement vous présenter des outils complémentaires à la matrice de décision.

  1. 1
    Le SWOT permet de définir quels sont les faiblesses et les menaces,
  2. 2
    Le PESTEL permet de comprendre plus finement l’environnement dans lequel on évolue, 

En savoir plus sur la matrice SWOT.

Adopter le SWOT et le PESTEL vous permet de définir avec plus de précision, les facteurs ou indicateurs à intégrer et leurs importances.

Ils ne vous permettent pas de ne rien oublier, mais amélioreront grandement votre analyse globale de la situation.

On peut également adopter des outils d’analyse stratégique, comme:

  • La matrice BCG, qui permet d’analyser un ensemble d’activités; 
  • La matrice McKinsey, qui permet de faire la même chose que la matrice BCG de manière encore plus précise;
  • La méthode MACTOR, qui permet de définir les interactions présentes et futures entre chaque critère.

Ces outils sont réellement puissants car ils permettent d’avoir une vue d’ensemble de tout le contexte entourant le problème et permet donc de prendre une décision de solution plus éclairée.

En conclusion 

La matrice de décision est un outil très puissant pour prendre des décisions et passer à l’action.

Et ce, que ce soit dans la vie privé ou professionnelle.

Cependant, comme tout outil, il est imparfait et nécessite d’être optimisé et mis à jour régulièrement.

Il est important de noter que, pour utiliser la matrice de décision à son plein potentiel, il faut utiliser au préalable un maximum d’outils analytiques.

N’hésitez-pas à prendre du temps pour effectuer une analyse aussi précise que possible de la situation avant de vous lancer dans la construction de la matrice de décision. 

Au final, vous gagnerez beaucoup plus de temps, tant en efficacité qu’en résultats !

Avez-vous des avis sur la question? N'hésitez-pas à m'en faire part en commentaires !

Stefano

A propos de l'auteur

Je m'appelle Stefano WOLFF, je rédige des articles pour des journaux ou des blogs depuis quelques années, en plus d'être entrepreneur dans le secteur financier. Je souhaite partager avec vous expériences et connaissances, pour vous aider à améliorer votre quotidien au travail et dans la gestion de projet.

Les autres articles du dossier

{"email":"Adresse email invalide","url":"Url du site invalide","required":"Champ obligatoire non renseigné"}

Télécharger le Guide du

Chef de Projet

25 Conseils d'expert en Management de Projet

__CONFIG_colors_palette__{"active_palette":0,"config":{"colors":{"34f05":{"name":"Main Accent","parent":-1}},"gradients":[]},"palettes":[{"name":"Default Palette","value":{"colors":{"34f05":{"val":"var(--tcb-skin-color-0)"}},"gradients":[]},"original":{"colors":{"34f05":{"val":"rgb(19, 114, 211)","hsl":{"h":210,"s":0.83,"l":0.45}}},"gradients":[]}}]}__CONFIG_colors_palette__
Je télécharge le Guide gratuitement
>