Travailleur indépendant : quels sont les prérequis pour choisir ce statut ?

Le travailleur en indépendant signifie que le travailleur exerce librement de façon indépendante en étant son propre chef. Il procure certains avantages, mais n’est pas exempt de contraintes.

Votre choix a été fait sur ce statut ?

Voyons en détail les prérequis de ce métier, ses avantages et ses limites, ainsi que les aides financières destinées à ce statut.

travailleur indépendant

Définition du travailleur indépendant

On recense, aujourd'hui, 3,8 millions travailleurs indépendants en France, d’après l'Urssaf.

Le travail en indépendant est une alternative au salariat qui séduit de plus en plus d’actifs.

Il suggère que l'entité exerce une activité économique en étant à son propre compte.

Il comprend 3 statuts ou formes juridiques :

  1. La micro-entreprise ou auto-entrepreneur
  2. L’entreprise individuelle (EI)
  3. La société (SASU)

À noter que la notion de responsabilité limitée (RL) des EIRL et EURL, qui visaient à protéger le patrimoine personne du travailleur indépendant, est désormais intégrée dans le statut de l’EI.

Par conséquent, depuis 2022, l’EI protège le patrimoine personnel.

Quelle différence entre indépendant et salarié?

Obtenir un contrat indéterminé !  C’est bien souvent l’objectif majeur lorsqu’on démarre dans la vie active.

À juste titre, en France ce saint graal CDI ouvre de nombreuses portes, et notamment celles des banques, qui consentiront plus facilement à financer vos projets.

Par ailleurs, le CDI rassure en diminuant le sentiment de précarité qu’engendre les contrats court termes.

A l’opposé du salarié, un travailleur indépendant travaille pour son propre compte. 

Il n’a pas de patron, et par conséquent aucun lien de subordination et aucun contrat de travail.

Quel que soit le secteur d’activité dans lequel il exerce, il est un chef d’entreprise qui définit sa propre stratégie, son temps de travail, et choisit ses clients.

Ces derniers sont des partenaires commerciaux avec qui il contractualise et fixe ses tarifs.

De nombreux métiers sont éligibles aux statuts du travailleur indépendant :

  • L’artisanat
  • Le commerce
  • L’agriculture
  • Les professions libérales
  • Les métiers du digital. (Web designer, consultant seo, chef de projet etc.) On les appelle des freelances

Devenir indépendant est un projet professionnel qui demande de la préparation.

Je vous explique dans les prochaines sections pourquoi.

guide pratique business model canvas
Guide Business Model Canvas

Le choix de la forme juridique

Le choix de la forme juridique est très important lors de la création de l’entreprise.

Cela a un impact notamment sur :

  • La facilité de création/dissolution de l’entreprise
  • Le capital social
  • La compatibilité
  • Le mode de TVA
  • Le type d’imposition (IR ou IS)
  • Le calcul des cotisations sociales
  • La rémunération/les dividendes

Ainsi, en fonction de critères : tels que l’activité, la prévision de chiffre d'affaires, et le niveau de rémunération, l’entrepreneur devra être vigilant sur le choix de son statut.

Suis-je concerné par l’activité indépendante ?

Choisir d'être un travailleur en indépendant, c’est avant tout un choix personnel.

Certains décident de se lancer dans une activité indépendante après une expérience de quelques années en tant que salariés (la majorité des cas).

D’autres prennent ce chemin dès la fin de leurs études.

Dans les deux cas, la motivation doit être réelle et sérieuse et prend sa source dans les origines suivantes :

  • L’envie d’entreprendre
  • Vouloir choisir les clients, les secteurs d’activités
  • S'affranchir de la subordination
  • Choisir ses horaires de travail
  • Augmenter sa rémunération

Au-delà de la volonté d’indépendance, Il faut être capable d’endosser le rôle de gérant d’une entreprise, même individuelle.

C'est-à-dire être prêt à en assumer les responsabilités et supporter la charge administrative qui en découle.

Avantages et limites du statut

Les statuts du travailleur indépendant peuvent séduire par la liberté qu’ils inspirent, mais ils peuvent faire peur également par la solitude et par la vulnérabilité qu’ils entrainent.

Voyons dans le détail les atouts et les risques de l’indépendance.

1) Les avantages

  • La posture de chef d’entreprise : vous devenez un gérant, vous réfléchissez à la stratégie de votre entreprise, votre domaine de compétences s’élargit (commerce, finance, droit, RH, etc.)
  • La valorisation de votre travail : Il est très stimulant de constater que votre travail, à titre individuel, produit de la valeur pour vos clients et vous permet de développer votre entreprise
  • L’absence de subordination : Vous êtes votre propre chef, vous n’êtes pas dans l’obligation d’accepter une décision, ou une tâche qui vous déplait
  • Le choix du client, des partenaires, des missions : Vous pouvez travailler avec des clients ou des partenaires qui partagent vos valeurs, votre stratégie. Selon votre activité, freelance notamment, vous pouvez mixer les missions et donner ainsi davantage de variété dans vos tâches
  • La rémunération : Elle peut être élevée si les compétences sont bien valorisées et que les missions sont légion
  • La flexibilité horaire : Vous définissez vos règles en termes d’horaires et de congés. Vous pouvez décider de travailler 70 h une semaine puis de réduire à 30h la semaine suivante. De même, vous pouvez travailler chaque jour de la semaine sans pause pendant 6 mois, puis vous absenter 2 mois. Bien évidemment, votre mission et vos clients vous imposent un cadre, mais la flexibilité vous appartient.

2) Les limites

  • Être seul aux commandes : S’il est appréciable d’avoir le pouvoir de décision, demander l’avis de collègues permet d’avoir des visions alternatives et se rassurer dans ses choix
  • Le manque de communauté / culture d’entreprise : Lorsque qu’on est indépendant, l’appartenance à un groupe ou la culture de l’entreprise peuvent manquer
  • La charge de travail : Au-delà de la mission, il faut gérer la prospection, la facturation, la comptabilité
  • Absence d’avantages d’un contrat salarié : Pas de complémentaire santé, pas de prévoyance, pas de CE, pas d’intéressement. Ces avantages sont pour la plupart accessibles, mais il faudra souscrire vous-même à ces prestations
  • Pas de congé/RTT : Si un indépendant souhaite prendre 5 semaines de vacances, alors il n’aura pas de revenus pendant 5 semaines. C’est une donnée à bien intégrer pour définir votre coût horaire ou Tarif Journalier Moyen
  • Les périodes sans missions : C’est surtout vrai pour les freelances qui réalisent des missions pour leurs clients. Le freelance reste une variable d’ajustement pour les entreprises.

Comment se lancer dans cette activité ?

Si votre décision de démarrer une activité indépendante est prise, voici les étapes que je vous suggère de suivre :

1) Développer votre idée

Il serait erroné de croire que les statuts du travailleur indépendant ne nécessitent pas le même niveau de préparation qu’une société.

Ils vous engagent personnellement et probablement votre famille, c’est une raison suffisante pour ne pas négliger cette phase d’initialisation.

Commencez donc par explorer votre idée sous différents aspects :

Le produit ou service

  • Quel produit ou service allez-vous apporter 
  • Quelle compétence allez-vous vendre (dans le cas d’une prestation de service) 
  • Dans le cas d’une nouveauté, quelle protection en termes de propriété intellectuelle 
Guide Pratique Business Model Canvas
Business Model Canvas

Le client / les partenaires

  • Quels clients (B to C B to B)
  • Quel prix de vente et quelle marge pour mon produit (activité commerciale), ou quel TJM pour un freelance
  • Ai-je besoin de partenaires commerciaux pour réaliser mon activité  

L’étude de marché (sur la base des deux points précédents)

  • Quel potentiel de croissance pour le marché visé 
  • Le marché est-il saturé 
  • Quel secteur géographique 
  • Quelle nouveauté j’apporte
  • Quelle concurrence dans mon activité 

L’étude de rentabilité

  • Quel sera mon chiffre d'affaires
  • Quelles seront mes charges
  • Quelle sera la rentabilité de mon activité
  • Aurais-je la trésorerie suffisante pour faire face aux dépenses quotidiennes
  • Pourrai-je me verser une rémunération dès le démarrage, sinon à partir de quel moment

Les prérequis personnels

  • Avez-vous les compétences suffisantes pour démarrer seul votre activité
  • Devez-vous vous former au préalable
  • Quel apport financier est nécessaire au démarrage de l’activité (local, matières premières, capital)
  • Avez-vous le soutien de vos proches pour démarrer cette aventure 
devenir indépendant

2) Réaliser votre Business Plan

Comme tout projet, il est important d’apporter la justification que ce dernier a fait l’objet d’une étude approfondie, en termes de faisabilité, de viabilité, de rentabilité, et de projection dans le temps.

Sur la base des éléments collectés lors du développement de votre idée, vous pourrez construire votre business plan

Le choix de son contenu vous appartient, mais ce document doit être lisible, structuré et doit donner envie de vous accompagner dans votre démarche d'entreprenariat, que ce soit pour du conseil ou du financement.

On y retrouve généralement les thématiques suivantes :

  • Descriptif général du projet
  • Le produit ou le service
  • Le marché, les clients
  • Le volet financier
  • Investissements nécessaires
  • Chiffre d'affaires
  • Idéalement un compte de résultat prévisionnel
Guide de rédaction du Business Plan

Obtenez un modèle de Business Plan avec une étude de cas concrète

3) Obtenir des conseils et de l’aide à la création d’entreprise

L'élaboration du business plan peut nécessiter un accompagnement, notamment sur l’étude de marché et le volet financier.

Selon la nature de votre activité et les investissements nécessaires, vos interlocuteurs pourront varier.

Voici une liste non exhaustive de contacts qui pourront vous aider à devenir indépendant :

  • La famille et les amis : Pour vous conseiller, motiver, soutenir, ou encore tester votre pitch commercial
  • Les interviews de travailleurs indépendants : Pour obtenir un retour d’expérience du terrain
  • La chambre de commerce et industrie Elle propose un programme d’accompagnement avec des conseillers en création d’entreprises
  • Le pôle emploi ou l’APEC (cadres) : Ces organismes vous conseillent gratuitement dans votre démarche de création
  • Un expert-comptable : Pour vous aider dans le choix des statuts. Il est également un partenaire incontournable au jour le jour pour votre comptabilité
  • Votre banquier : Indispensable pour financer votre projet à moins de disposer des fonds nécessaires
  • bpifrance-creation.fr : Pour préparer et financer son projet. Ce site propose notamment des études de marché sur une certain nombre d’activités indépendantes

4) Créer votre entreprise

Lorsque votre vous êtes enfin prêt pour devenir travailleur indépendant, aussi bien psychologiquement que matériellement (business plan validé, accord de financements, statut choisi), il vous reste à compléter les formalités de création d’entreprises.

Pour cela, je vous conseille de vous rapprocher d’un expert-comptable. Celui pourra compléter les formulaires et demander l’immatriculation de votre société.

Le coût des formalités dépend du statut choisi.

Sous un délai de 15h, vous recevrez votre Kbis et pourrez officiellement démarrer votre activité.

Quelles aides financières destinées à ce statut?

Il existe un certain nombre de dispositifs qui permettent de soutenir la création d’entreprise pour les nouveaux travailleurs indépendants.

1) L’aide à la création ou à la reprise d'entreprise (Acre)

Cela consiste en l’exonération partielle des charges sociales la première année d’activité.

C’est un coup de pouce très intéressant quand on connait le coût des charges sociales pour un travailleur indépendant.

Le niveau d’exonération dépend du plafond de revenus. En 2021, le plafond maximum était de 41 136 eur.

Il est important de noter que cette aide vous sera bénéfique selon le statut et le mode d’imposition choisi.

En effet si votre imposition est l’IR votre revenu sera basé sur votre chiffre d'affaires.

A contrario, si votre imposition est l’IS alors votre revenu sera basé sur la rémunération que vous décidez de vous verser.

aides financières indépendant

2) L'ARE et l'ARCE

L’Aide à la Reprise d’Activité (ARE) et l’Aide à la reprise et à la création d’entreprise (ARCE) sont des aides qui concernent les personnes pouvant bénéficier des droits au chômage (sous-entendu les personnes qui ont eu un statut salarié au préalable).

C’est donc le pôle emploi qu’il faudra contacter pour bénéficier de ces aides.

Il est d’ailleurs important de les contacter avant de créer votre société au risque de perdre l’éligibilité.

Il voudra faire un choix entre les 2 formules ARE er ARCE car celle-ci n'est pas cumulables.

  • ARE : C’est une indemnité chômage versée mensuellement pendant 24 mois au maximum
  • ARCE : Il s’agit d’une prime versée en 2 fois, à la création puis 6 mois plus tard. Le montant de la prime correspond à 50% de vos droits au chômage

Sur le papier, l’ARE peut sembler intéressant, car vous bénéficiez de 100% de vos droits alors que l’ARCE ne vous permet de ne bénéficier que de 50%.

Cependant, l’ARCE peut être plus intéressant si votre activité vous amène des bénéfices immédiats.

En effet, vos revenus ont un impact sur le versement de l’ARE, surtout si vous êtes imposé à l’IR.

Pour simplifier, disons que L’ARE ne vous sera pas versé si vos revenus dépassent son montant.

Par contre, avec la formule ARCE, la prime vous sera versée indépendamment de vos revenus.

Le choix dépend donc de votre trésorerie personnelle et de votre projection de rémunération.

3) Autres dispositifs

D’autres aides sont accessibles en fonction de votre situation personnelle ou de votre région.

Voici quelques exemples :

  • Le prêt d’honneur solidaire : pour bénéficier d’un prêt à taux 0
  • La prime d’activité : ce n’est pas une prime liée à la création d’entreprise, mais le travailleur indépendant y est éligible seulement si ses revenus sont modestes
  • Le dispositif NACRE : Aide de 3 ans sur 3 volets : Montage du projet / Financement (prêt à taux 0) / Accompagnement

En conclusion

Devenir un travailleur indépendant est un projet professionnel qui se prépare à l’avance et qui n’est pas à prendre à la légère.

Au-delà du temps consacré au cadrage de l’offre de service ou de produit, cela nécessite une prise de risque personnelle et financière, surtout si l’investissement de départ est conséquent.

Néanmoins, l'indépendance peut être une vraie source d’épanouissement pour quiconque en a l’envie et dispose des compétences suffisantes.

N’hésitez pas à commenter cet article par vos questions et ajouts.

Kit management de projet
Kit Management Projet

Stéphane Vasseur

A propos de l'auteur

Stéphane est un chef de projet expérimenté. Certifié PMP® - Prince 2 Practitioner® - Scrum PSM & PSPO. Il a piloté des projets IT au sein d’une ESN avant de proposer ses services en tant que freelance.

Passionné par le projet et le digital, il souhaite partager son expérience avec les lecteurs du blog et les accompagner dans la réussite de leurs projets.
En savoir plus sur Stéphane et ses publications

Les autres articles du dossier

{"email":"Adresse email invalide","url":"Url du site invalide","required":"Champ obligatoire non renseigné"}

Télécharger le Guide du

Chef de Projet

25 Conseils d'expert en Management de Projet

Guide du Chef de Projet
>