Intégrer les enjeux environnementaux (RSE) dans les projets : Bonnes Pratiques

C’est un fait, les enjeux environnementaux (RSE) et les attentes réglementaires associées façonnent de plus en plus les stratégies d'entreprises. Et le monde projet n’échappe pas à cette règle. 

Prendre en compte les enjeux environnementaux dans les projets, c’est en réalité se maintenir à la page. 

Dans cet article, nous allons voir l'importance des enjeux environnementaux et découvrir des méthodes pour les intégrer efficacement dans la gestion de projet.

De quoi parle-t-on sous le terme « Environnement » ?

C’est un terme générique pouvant se résumer par quelques mots-clés à connaître :

  • Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)
  • 9 limites planétaires & ODD
  • Bilan Carbone
  • CSRD

Tous ont ou vont avoir un impact sur les projets. 

Commençons par le premier.

kit du chef de projet 0923
outils du chef de projet 0923

La RSE comme moteur de changement

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) englobe les pratiques éthiques et durables qu'une organisation adopte dans ses opérations.

Pour les chefs de projet, intégrer la RSE signifie :

  • Adopter une approche holistique qui considère les impacts sociaux et environnementaux des projets
  • Contribuer à des objectifs plus larges de développement durable et de bien-être social.

9 frontières et ODD

Les 9 frontières planétaires et les ODD (Objectifs de Développement Durables de l’ONU) sont deux façons d’appréhender les différentes composantes des enjeux environnementaux.

17 ODD

L'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies (ONU) a adopté 17 objectifs de développement durable (ODD), déclinés en 169 cibles pour la période 2015-2030.

Par exemple :  

  • ODD n°6 - Eau propre et assainissement 
  • ODD n°7 - Énergie propre et d'un coût abordable 
  • ODD n°8 - Travail décent et croissance économique 
  • ODD n°9 - Industrie, innovation et infrastructure

9 frontières

Les 9 frontières ont été définies par le Stockholm Resilience Center en 2009.

Elles représentent les 9 seuils à ne pas dépasser pour garder l’humanité en sécurité.

  • Le changement climatique 
  • L'érosion de la biodiversité 
  • La perturbation des cycles de l’azote et du phosphore 
  • Le changement d’usage des sols 
  • Le cycle de l’eau douce 
  • L’introduction d’entités nouvelles dans la biosphère 
  • L’acidification des océans 
  • L’appauvrissement de la couche d’ozone 
  • L’augmentation de la présence d’aérosols dans l’atmosphère.

Par exemple, la composante « Changement climatique » vise à rester en dessous d’un certain seuil de concentration de CO2 dans l’atmosphère.

Il est évalué par des méthodes comme le bilan Carbone.

Comprendre le Bilan Carbone

Le bilan carbone est une mesure de l'impact des activités humaines sur le réchauffement climatique, exprimé en équivalent CO2.

Pour les chefs de projet, comprendre et réduire le bilan carbone de leurs projets est essentiel pour limiter leur empreinte environnementale.

1) Méthode de calcul 

Il implique l'analyse des émissions directes et indirectes liées à un projet, depuis la conception jusqu'à la réalisation.

2) Exemple 

Certains gros projets ou développant de nouveaux produits majeurs pour l’entreprise sont appelés à fournir le bilan carbone du projet et à prévoir celui du cycle de vie du produit développé.

Le contexte devient plus impactant !

Là où cela devient un sujet pour les projets est que la réglementation se durcit sur ces sujets.

Pour les entreprises, donc pour les projets.

Que signifie CSRD ?

La Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) introduit de nouvelles normes de reporting durable dès le 1ᵉʳ janvier 2024 pour les entreprises européennes.

L'intégration des aspects environnementaux, renforcée par la directive CSRD, n'est plus une option, mais une nécessité stratégique. 

Impact de la Directive CSRD sur la gestion de projet

Avec l'entrée en vigueur de la CSRD, les projets doivent désormais être alignés sur des critères de durabilité stricts :

  • Objectifs de la CSRD : Améliorer la transparence des entreprises en matière de durabilité et encourager une économie plus verte. 
  • Implications : Les chefs de projet doivent intégrer des rapports de durabilité complets, évaluant les impacts environnementaux, sociaux, et de gouvernance (ESG) de leurs initiatives.

Transformer les défis environnementaux en opportunités

Certes une contrainte de prime abord, les enjeux environnementaux sont aussi une source d’opportunités.

  • Évaluation environnementale systématique des projets pour identifier les impacts potentiels
  • Innovation dans les matériaux et les procédés pour réduire l'empreinte carbone
  • Transformation des aspects environnementaux en avantages compétitifs 
    1. Développement de produits et services éco-conçus attirant une clientèle soucieuse de l'environnement
    2. Amélioration de la réputation de l'entreprise et renforcement de sa marque.

Exemple : certains appels d’offre internationaux imposent aujourd’hui de prouver la démarche RSE/ environnementale de l’entreprise qui postule.

Ne pas savoir y répondre, comme la démarche qualité en son temps, ne permet pas de répondre à l’appel d’offre.

Exemples d'outils et méthodes pour une gestion de projet durable :

  • Outils pour réaliser un bilan carbone : Logiciels spécialisés permettant d'évaluer et de minimiser les émissions de GES des projets.
  • Techniques d'éco-conception : Intégration de principes de durabilité dès la phase de conception des projets & Utilisation de ressources renouvelables et minimisation des déchets.
  • Comment faire face à cette nouvelle donne ?

    Les enjeux environnementaux vont s’imposer dans les projets, tout comme l’intelligence artificielle (IA)

    Cela change le travail des équipes projet.

    Et le périmètre des projets qui doivent prendre en compte de nouvelles contraintes techniques (recyclage des déchets, évaluation du bilan carbone ou de Gaz à Effet de Serre GES).

    Pour cela, les équipes projets ne pourront pas compter sur les seuls équipiers RSE.

    Comme la qualité en son temps, les enjeux environnementaux vont devenir une composante de travail de base.

    Quel chef de projet envisage aujourd’hui de développer un projet en dehors des normes qualité, ISO par exemple ?

    Quel chef de projet envisagera demain de développer un produit ou conduire un projet sans intégrer les enjeux environnementaux ?

    Mais par où commencer ?

    Vous êtes chef de projet ou équipier dans un projet et vous vous posez des questions sur ce sujet environnemental ? 

    Comment être plus respectueux ?

    Comment prendre en compte ces nouvelles composantes ?

    Il n’y a aucun prérequis pour commencer, si ce n’est la volonté d’aller vers plus de responsabilité environnementale.

    Par conviction personnelle, mais aussi parce que cela devient une composante de votre projet !

    Étape 1 : Se sensibiliser

    Participer ou organiser en interne à votre entreprise une fresque du climat, une fresque du numérique si vous êtes plutôt IT, etc. est un bon moyen de dégrossir le sujet.

    Une fresque est une approche pédagogique en 3h en général, ludique et participative pour découvrir le B.A-BA des enjeux environnementaux.

    Étape 2 : Trouver une action concrète à mettre en place

    Prendre conscience est bénéfique.

    Cependant, les présentations générales ne sont pas axées sur des actions concrètes ou des projets spécifiques.

    La fresque du management de projet est un moyen de passer à l’action dans le cas concret de votre projet.

    Mixte entre une fresque du climat et la matrice de Hossin Kanri, c’est avant tout un outil opérationnel.

    De fait, ce travail posera aussi la question de la cohérence avec les objectifs RSE de votre entreprise ou organisation.

    C’est un moyen ainsi d’intégrer votre projet dans la sphère RSE de votre environnement de travail.

    Étape 3 : Convaincre les équipiers

    Paradoxalement, il est probable que vous trouviez dans votre équipe un(e) équipier déjà sensibilisé au sujet. 

    Il pourra être utile de s’appuyer sur cette personne.

    Les autres plus tièdes sur le sujet auront besoin de plus de temps pour s’y mettre. 

    Toutefois, l'actualité quotidienne nous rappelle constamment que l'environnement constitue un pilier essentiel de notre avenir.

    Faites preuve de pédagogie.

    Conclusion

    L'adoption de la CSRD représente une opportunité pour les chefs de projet de jouer un rôle prépondérant dans la transition écologique de leur entreprise. 

    En transformant les défis environnementaux en opportunités, ils peuvent contribuer à la construction d'un avenir plus durable tout en créant de la valeur ajoutée pour leur entreprise.

    Enfin, c’est également un message fédérateur à envoyer aux équipiers, pour donner plus de sens au projet en question et à l’action des équipiers également !

    Tannguy Le Dantec

    A propos de l'auteur

    Depuis plus de 15 ans, il travaille comme formateur et coach sur deux volets principaux. Le premier est le management de projet, depuis les fondamentaux jusqu'à la MasterClass. Le second est le leadership, initialement avec des approches classiques, puis orientées vers l'Element Humain.

    Plus récemment, il a beaucoup développé la notion de sécurité psychologique des équipes, qui lui semble répondre à un besoin criant des équipes, qu'elles soient managériales, hiérarchiques, projet ou transverses.
    En savoir plus sur Tannguy et ses publications

    Les autres articles du dossier 

    {"email":"Adresse email invalide","url":"Url du site invalide","required":"Champ obligatoire non renseigné"}

    Télécharger le Guide du

    Chef de Projet

    25 Conseils d'expert en Management de Projet

    Guide du Chef de Projet
    Guide du Chef de Projet
    >