7 Clés pour construire et asseoir votre Leadership

leadership motivation

Voici un article invité de Farid Boulfoo du blog cadreexcellent.com

Avant de détailler les clés qui vous permettront de construire progressivement et d’asseoir votre leadership dans la durée, je vous propose qu’on se mette d’accord sur les caractéristiques du «vrai» leader.

Mais avant cela commençons par 2 précisions :

1. Les objectifs du leader dont nous parlons aujourd’hui ne sont pas :

  • Montrer qu’il a la maîtrise totale de l’équipe peu importe les moyens
  • En savoir toujours plus que son équipe ou son entourage

2. Le leadership dont il est question ici est très utile dans un environnement professionnel mais il est tout aussi efficient dans des contextes privés (avec votre conjoint, vos enfants…etc)

Le leader décrit dans cet article est :

Écologique :

Le leader pratique une écologie interne dans la gestion de ses interactions avec les autres.

Il n’entreprend aucune attaque «gratuite» contre les autres : il s’agira sinon d’une perte d’énergie pour lui et pour la personne en face. Il s’interdit donc de blesser ses interlocuteurs mais n’est pas non plus dans un mode où il prendrait sur soi. Au contraire, il transmet ses sentiments en toute sincérité et en toute bienveillance quitte à créer des situations désagréables à vivre à court terme.

Elégant :

Je vous arrête tout de suite : il n’est pas question, ici, de l’élégance «Costume-Cravate » ! Il est plutôt question de l’élégance des actions entreprises : l’efficience est la devise du leader. Un leader peut être habillé en clochard mais quand il intervient : c’est simple, créatif avec un minimum d’effort et un maximum de résultats. Ses réactions sont vêtues de Sagesse loin des poussées d’adrénaline passagères.

Flexible :

Notre leader a une capacité remarquable à adapter sa tactique et varier les moyens tout en gardant les mêmes objectifs. Vous l’aurez deviné, notre Leader se retrouve naturellement dans des cadres comme l’approche Agile qui promeut la flexibilité. On lui retrouve cette flexibilité dans sa façon de communiquer également : il adapte sa communication à la personne en face.

Pour les personnes «critiques», il va par exemple privilégier l’AIKIDO verbale : il n’ira sûrement pas à l’affrontement et à la perte d’énergie dans des discussions interminables mais il va plutôt profiter de la critique pour faire contribuer la personne en face au service d’un objectif commun.

Pour l’exemple : si son interlocuteur critique la forme de sa présentation, il lui demandera de lui  envoyer par mail des exemples de présentations bien faites et au passage lui formaliser les bonnes pratiques pour améliorer ses présentations.

Vous remarquerez que notre leader préfère, ici, faire travailler son interlocuteur au lieu de se tuer à la tâche d’expliquer que la présentation qu’il a faite convient à ses besoins. Maintenant que nous avons les trois traits de personnalité de notre leader parfait, je vous propose de partager quelques clés pour construire ses caractéristiques et les renforcer dans la durée. Ce qui vous permettra d’amener votre leadership de façon naturelle tout en faisant profiter votre équipe et votre entourage en général.

Première Clé : Approche systématique – brisez l’homéostasie

Dans beaucoup de situations, et dans un souci d’efficience et d’économie d’énergie, notre leader «Ecologique » va privilégier une approche systémique pour trouver un nouveau point d’équilibre au lieu de tenter de compenser pour maintenir un état d’équilibre existant fragile…ne vous inquiétez pas je m’explique par l’exemple

Pour l’exemple, Vous êtes en balade avec votre amoureux (se), depuis le début de la balade, il (elle) n’arrête pas de se pencher et déséquilibrer votre bateau. Vous avez tenté de le (la) raisonner à 2 reprises mais ça l’amuse toujours de se pencher.

En tant que leader «écologique » vous n’allez pas continuer à lui expliquer que vous risquez de tomber tous les 2 deux à l’eau…etc. mais vous allez plutôt entreprendre une approche systémique : vous allez simplement vous pencher vous aussi du même côté jusqu’à déséquilibrer votre embarcation. A ce moment-là votre amoureux (se) prendra lui-même l’initiative et vous demandera d’arrêter ce jeu dangereux.

C’est tout aussi valable pour votre Chef de Projet qui passe la moitié du temps à revoir la mise en forme de son slideware au lieu de se focaliser sur la valeur ajoutée. Vous pouvez dans ce cas, lui proposer une réunion de revue de sa présentation, vous passez les 2 heures de la réunion à lui faire des remarques sur la forme de sa présentation, en oubliant le fond. Soyez certain, qu’il passera beaucoup moins de temps sur la forme les prochaines fois…d’autres y verraient «presque » une expérience émotionnelle correctrice ou encore un «sabotage bienveillant».

Deuxième Clé : Clientéliser

Le leader attend que son interlocuteur soit client avant d’intervenir. Nombreuses sont les réunions où vous voyez des gens monopoliser la parole et étaler leur (mé) connaissance du sujet traité. Notre leader n’a aucun mal à ne pas prendre la parole et n’interviendra que si les interlocuteurs sont demandeurs, disposés à l’écouter et qu’il pense pouvoir leur apporter une valeur ajoutée.

En adaptant cette stratégie, le leader a atteint 2 objectifs simultanément :

  • Il a écouté les autres parler et en a surement appris des choses et au pire il a appris des choses sur ses interlocuteurs
  • Le fait d’attendre que l’interlocuteur soit client pour délivrer un message facilite grandement l’adhésion de ce dernier.

Troisième Clé : Equifinalité

Ce n’est pas tant la recherche des causes antérieures qui aidera à résoudre un problème que la clarification du dysfonctionnement du système où il se produit. Il s’agit d’un classique, dans les réunions de crise des équipes IT…la réunion a commencé depuis plus d’une heure et on n’a toujours pas parlé des solutions envisageables.

Au contraire on se concentre sur les responsabilités des uns et des autres. Le leader s’assurera, dans ce genre de réunions, à ce que toute l’énergie soit mise, en priorité, sur la recherche de solutions. Bien entendu cette approche d’équifinalité ne nous dispense pas de prendre le temps avec un peu de recul pour réfléchir à ce qui peut être fait pour éviter de retomber dans les mêmes problèmes à l’avenir.

Quatrième Clé : Le leader n’a pas réponse à tout

Quand il est sollicité (par ses proches ou ses collaborateurs…), le leader n’a pas une réponse ou une consigne toute faite. Il va plutôt aider son interlocuteur à « accoucher » de sa propre solution. Cela suppose un minimum de maîtrise de l’art du questionnement pertinent pour aider l’autre à creuser les pistes de solutions au lieu de lui donner une solution toute faire qui a de grandes chances de ne pas fonctionner pour lui.

Cette approche, nécessite, tout de même, un certain courage de la part du leader. Beaucoup de collaborateurs ont «grandi» avec des managers qui avaient réponse à tout et se contentaient d’exécuter des consignes, souvent, perfectibles. Vous devriez donc réapprendre à ces collaborateurs (si vous en avez dans votre entourage) à se prendre en main et à construire leurs propres réponses.

Cinquième Clé : L’accueil

Le leader adopte une position d’accueil à toute épreuve. Ce qui semble une critique pour d’autres, est une opportunité pour lui. Nous l’avons vu, plus haut, comment, notre leader, grâce à sa flexibilité, arrive à faire contribuer son interlocuteur, qui a émis une critique, à la réalisation d’un objectif commun.

Il en est de même pour les accidents de la vie qui peuvent sembler dramatiques pour d’autres. Notre leader voit dans un conflit, un divorce…une opportunité d’un nouveau point d’équilibre. Globalement, quand il est confronté à une «déconvenue », son reflexe est d’accepter rapidement la situation (l’accueillir) et d’analyser la situation en concentrant son énergie sur ce qu’il peut tirer de positif de l’expérience qu’il vient de vivre.

Sixième Clé : Un conseil doit être conditionné

Toujours dans un souci de clientéliser ses interlocuteurs, le leader, non seulement, ne donne conseil que si on le lui demande, il pose une condition avant de donner un conseil. Pour l’exemple : si un collègue vient lui demander conseil, il va lui demander de s’engager sur quelque chose avant de lui donner son conseil. «Si je te donne mon conseil, est ce que tu t’engages à faire… » Et va jusqu’au bout de sa démarche : si le collègue s’oppose à la condition, le leader ne donnera pas son conseil. La condition, ça peut être : est-ce que tu t’engages à appliquer mon conseil dans les 24 heures à venir.

Septième Clé : Le leader ne prêche pas le changement mais l’incarne

C’est vieux comme le monde, le meilleur moyen de faire adhérer des humains à un changement est de vous voir en mouvement en train de le vivre et d’en tirer des bénéfices. Si vous souhaitez que votre équipe adopte les meilleures pratiques de productivité alors mettez-les en place pour vous-même et ça suscitera surement des curiosités autour de vous.

C’est en vous voyant exceller dans tout ce que vous faites que vos collègues, collaborateurs, proches vont s’intéresser et deviennent clients de vos conseils.

Vous rêvez de voir votre enfant dévorer un livre par semaine. Alors ne lui demandez pas de lire mais faites le vous-même et il finira par vous suivre.

Gandhi disait « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». 

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Merci pour la lecture

Cet article vous a plu? Vous pouvez le partager:

Laisser un commentaire