Financement de projet : de l’expression du besoin à la préparation du dossier, avec exemples

financement de projet

Certains projets ne peuvent être financés en fonds propres. Il faut donc trouver des solutions de financement de projet externes.

Levons un coin du voile de ce – très - vaste sujet.

Quelle est votre "appétence au risque"?

De nombreux projets peuvent être financés en interne par les entreprises sur les fonds propres.

C’est bien sûr le cas de « petits » ou « moyens » projets.

Je mets ces deux termes entre parenthèses car bien sûr aussi ces notions sont toutes relatives en fonction de la taille de l’entreprise et de son capital propre.

Pour des projets nécessitant des investissements « lourds » - je parle ici de centaines de milliers d’euros et de millions - il est préférable de trouver des financements de projet, bancaires ou autres, car les fonds propres sont insuffisants ou l’investissement est tel que le risque de le financer en interne peut mettre l’entreprise en difficulté si les choses tournent mal.

Souvent, on préfère prendre un crédit bancaire à 2-3% que de risquer ses fonds propres.

Comme dans tout projet, la décision est une balance des risques et des bénéfices.

On parle ici, d’appétence au risque, « risk appetite » en anglais.

Pricewaterhouse Coopers (PwC) explique assez bien en quoi cet appétence au risque est importante dans un projet ou dans l'exécution de la stratégie de l'entreprise : « Bien défini, l'appétit pour le risque traduit métriques et méthodes de risque dans les décisions, les rapports et les discussions quotidiennes. Il fixe les limites qui forment un lien dynamique entre la stratégie, la fixation d'objectifs et la gestion des risques. ».

Cette phrase est extraite d'un article (en anglais) très intéressant sur le sujet que l'on pourrait traduire par: "Appétit pour les risques - Avez-vous très faim?".

C’est un facteur à prendre en compte dans toute gestion de risques, à commencer bien sûr par la gestion des risques du projet.

Ce goût du risque peut être très différent d’une entreprise à l’autre.

Découvrez ici comment établir une matrice des risques.

Dans quel cas va-t-on chercher un financement de projet ?

1

création d'entreprise

Si votre projet est une création d’entreprise, il y a de grandes chances que le financement de projet ne puisse se faire sur vos fonds propres, vous allez donc faire appel à une banque en présentant votre projet.

2

Projet novateur

Si votre projet est très innovateur est très onéreux, le risque de le financer en fonds propres est sans doute trop élevé et vous allez chercher des moyens de partager ces risques.

3

Projet novateur

  • Si votre projet est très innovateur est très onéreux, le risque de le financer en fonds propres est sans doute trop élevé et vous allez chercher des moyens de partager ces risques.
  • Votre projet peut potentiellement changer le marché ou apporter une avancée technique considérable.
  • Vous avez dans ce cas la possibilité de bénéficier de primes d’état ou autres subventions non remboursables – qui vous permettront de réduire vos propres risques financiers ou autres.
  • Votre projet va coûter plusieurs millions d’euros et durera plusieurs années. C’est un projet idéal pour un financement de projet à long terme.

4

choix personnel

Ou tout simplement, comme expliqué ci-dessus, vous ne voulez ou ne pouvez pas risquer votre capital propre et vous cherchez à partager les risques (mais aussi certains bénéfices).

Difficile bien sûr de faire un inventaire exhaustif des raisons pour lesquelles un financement est une solution attractive.

Le financement de projet est une solution très populaire et qu’il existe de multiples solutions.

Mais avant de parler de ces solutions, parlons de la préparation du dossier indispensable.

Le dossier de financement de projet, exemples

Pas de financement de projet sans dossier solide.

Le succès de vos recherches de financement dépend entièrement de la qualité de votre dossier de financement.

Voyons quelques exemples.

Exemple 1 : Financer en fonds propres : projet d'amélioration des processus

Exemple :

Dans notre premier exemple, nous allons partir d’une idée d’améliorations des processus logistique et gestion des inventaires.

Votre idée a enthousiasmé vos patrons mais bien sûr cette décision va dépendre des bénéfices par rapport aux dépenses.


Vous allez commencer par définir les investissements nécessaires à votre ambitieux projet, en faisant la différence entre les investissements capitalisables et les investissements opérationnels.


Pour rappel, on peut capitaliser (et donc amortir) tous les investissements qui vont créer de la valeur – le développement d’un logiciel par exemple.


Les coûts opérationnels eux, sont des dépenses de fonctionnement « normaux » dans l’entreprise.


Il est important de faire cette distinction car certaines banques préfèrent financer les dépenses en capital uniquement – justement parce que là est la valeur ajoutée.


Dans notre cas, la direction est prête à investir ses fonds propres et c’est à nous de les convaincre du bien-fondé de notre projet.


Nous allons donc commencer par définir tous les coûts de mise en place:

Exemple budget investissement

On le voit, ce projet va s’étaler sur plusieurs années.

Mais on ne dépensera pas tout l’argent dès le départ.

On va donc définir QUAND cet argent devra être dépensé. Et l’anglicisme pour cela c’est « Cash-Flow » (le flux d’argent).

Nous allons définir cela dans une feuille de calcul adjacente à la définition des investissements.

Ce flux d’argent est important pour comprendre quand nous devrons libérer les fonds.

BDGP-Budget-Cash Flow-exemple

Cette information est donc essentielle à la fois pour les banques mais aussi pour l’entreprise : nous ne commençons à payer les intérêts que lorsque les fonds seront débloqués.

Enfin, nous allons expliquer en quelques chiffres pourquoi notre idée est si brillante :

BDGP-Budget-Justification-exemple

Notre projet est incontournable : les bénéfices sont très largement supérieurs aux coûts dès la deuxième année, et le cumul des bénéfices après 10 ans est de près de 15 millions d’euros.

Je pense que nous avons de grandes chances de voir la direction applaudir et financer notre idée géniale !

Exemple 2 : Financer un projet d’entreprise

financier un projet d'entreprise

La première étape pour créer une entreprise est de répondre à nombre de questions dont voici une liste non exhaustive :

  • Serais-je artisan ?
  • Serais-je profession libérale ?
  • Serais-je commerçant(e) ?
  • Serais-je travailleur/travailleuse indépendant(e) ?
  • Serais-je chef d’entreprise ou administrateur ?

Ces premières questions sont essentielles car les statuts sont très différents.

Les professions libérales (médecins, avocats etc…) sont très règlementées.

Le travailleur indépendant aura un statut différent du commerçant et du chef d’entreprise.

  • Quelle entreprise vais-je créer ?
  • Une personne (indépendant)
  • Une société à responsabilité limitée
  • Une ASBL
  • Une société anonyme
  • Et ainsi de suite.

Chaque type de société (individuelle, SARL, SA …) a ses propres avantages et inconvénients.

Une grande différence lors de la création d’une entreprise est le capital minimum à investir.

Cette décision a donc un lien direct avec les financements de projet nécessaires au démarrage de l’entreprise.

Renseignez-vous donc en détail avant de prendre cette décision.

  • Où vais-je m’installer ?

Question aussi importante que les précédentes, car cela peut avoir un lien direct avec le succès de votre entreprise.

Si vous voulez vous installer comme coiffeur/coiffeuse dans un quartier qui a déjà six salons sur trois pâtés de maisons, les chances de succès sont bien sûr moindres que si vous vous installiez dans un quartier où la clientèle potentielle bénira votre arrivée espérée depuis si longtemps.

Avant de prendre cette décision, n’hésitez pas à faire une étude de marché.

Vous pouvez trouver une mine d’informations en consultant les annonces commerciales, les registres commerciaux et les administrations locales.

Vous pouvez aussi sonder le terrain en allant sur place pour vous projeter dans le futur.

Et bien sûr, vous pouvez faire appel à une société spécialisée qui peut s’occuper de ces recherches et vous diriger dans vos choix.

Cela coûte évidemment de l’argent – que vous ne pouvez pas faire financer.

Dès que vous aurez pris toutes les décisions concernant le type d’entreprise, le lieu, les capitaux nécessaires et l’objet de votre société, il vous faudra établir votre « plan d’entreprise » ou « business plan ».

En bref, ce plan devra :

  • Définir le projet d’entreprise et ses activités
  • La forme juridique choisie
  • Expliquer les buts que l’on s’est imposé
  • Définir les stratégies commerciales (ou industrielles)
  • La place par rapport à la concurrence
  • Les aspects financiers et les projections à cinq ans
  • Le personnel

Ce plan, aussi complet que possible, sera essentiel dans vos négociations de financement.

Les formules de financement de projet les plus courantes pour ce type de projet sont :

  • Les prêts bancaires
  • Le mécénat
  • Le « crowdfunding » que nous expliquons plus loin
  • Le financement privé (famille, amis etc…)
  • L’aide à la création d’entreprise
  • Les subventions (pour les projets très innovateurs).

Pourquoi préparer son dossier de financement ?

Le but des deux exemples ci-dessus est triple :

  • les projets sont aussi divers que les possibilités de financement
  • le financement doit être adapté au projet et aux circonstances
  • un financement de projet, quel qu’il soit, demande un dossier et une préparation sans faille

Quelles sont les types de financement ?

1) Fonds propres ou privés

Je passe très vite sur le financement de projet en fonds propres, qu’ils soient privés ou des fonds de « guerre » de l’entreprise.

Les fonds privés peuvent être vos fonds propres mais peuvent aussi être un financement de la famille directe ou d’un ami.

Dans tous les cas : faites un contrat en bonne et due forme afin d’éviter des discussions et des tensions ultérieures.

D’autres sources de financement de projet peuvent être par exemple:

2) Le crédit bancaire

Bien sûr la solution la plus commune et la plus accessible.

Les prêts bancaires nécessitent un dossier complet comme expliqué dans nos exemples.

Et plus le financement de projet sera élevé, plus le dossier devra être solide.

Les banques exigent aussi souvent des garanties, voire des hypothèques.

Elles sont peu enclines aux risques.

Leurs financements par contre sont souvent très sûrs.

3) Le « crowdfunding » ou financement participatif

De plus en plus d’investisseurs privés préfèrent placer leur argent dans des projets qui promettent des rendements souvent bien supérieurs aux placements financiers dits « classiques ».

Outre la promesse de revenus intéressants, le financement participatif leur promet de partager les risques avec d’autres investisseurs, et ils ont la possibilité de choisir les projets qui correspondent le mieux à leurs attentes et intérêts.

Il y a de plus en plus de plateformes en ligne qui peuvent proposer ce type de relation.

Choisissez la plateforme qui correspond le plus à votre projet et pensez à soigner les discours de « vente » de votre projet en insistant sur les bénéfices.

4) Le mécénat

Vous vous demandez peut-être comment trouver un mécène pour financer votre projet ?

Les plateformes de « crowdfunding » peuvent aider.

Il existe des possibilités supplémentaires si votre projet est dans le domaine artistique ou la musique, car les mécènes favorisent souvent l’art comme investissement.

Pour les projets très innovants, et j’insiste sur le « très », certains millionnaires ou milliardaires investissent des millions (voire plus) chaque année dans des projets à la pointe de l’innovation et finissent parfois par prendre le contrôle des meilleures réalisations.

Je parle bien sûr ici d’Elon Musk, de Jeff Bezos, de Bill Gates et autres Mark Zuckerberg – mais pas seulement.

Ce genre de mécénat existe aussi en France.

5) Les subventions

Il existe de nombreuses possibilités de subventions par exemple à la création d’entreprise.

De nombreuses subventions sont aussi accordées aux projets à la pointe technologique ou liés au développement durable.

Pour obtenir de telles subventions pour un projet, votre dossier doit explicitement détailler comment et pourquoi est-il lié au type de subventions recherchées.

Certaines administrations françaises, européennes, luxembourgeoises nécessitent des dossiers très précis, voire des canevas particuliers à télécharger de leur site internet.

Mais ces subventions peuvent s’avérer très intéressantes pour des projets d’avenir.

Attention : il est plutôt rare que les subventions couvrent l’entièreté du financement de projet.

Une partie peut rester à votre charge ou il faudra trouver d’autres sources de financement.

Conclusion

Financer un projet est souvent lié aux objectifs de votre projet.

Mais quelles que soient les conditions de financement de projet, il est nécessaire de préparer un dossier solide.

Pour les projets internes à une entreprise, un budget détaillé reprenant les dépenses capitalisables et les dépenses opérationnelles, associés à une description détaillée et chronologiques des bénéfices attendus, en justification des dépenses, sera présenté en comité de direction et souvent la décision sera rapide – si on n’a laissé aucune question sans réponse.

Pour les projets personnels, les possibilités de financement de projet sont multiples.

Mais votre dossier, ici aussi, devra être complet.

Une bonne étude de marché, un « business plan » solide et des projections financières consolideront la position de votre projet et augmenteront énormément vos chances de succès.

Avec d’aller voir votre banquier, votre mécène ou l’administration, réfléchissez aux questions qui seront posées, préparer vos réponses, faites un jeu de rôles avec vos proches pour vous assurer que vous être prêt(e) à affronter les investisseurs.

Prenez exemple sur des émissions du type « Shark Tank » (l’aquarium aux requins) : une émission de télévisions dans laquelle des entrepreneurs présentent leur projet à une brochette d’investisseurs qui approuvent de suite ou rejettent les projets qui ne sont pas assez solides – à leurs yeux.

Et ce sera mon dernier conseil : outre un dossier solide, préparez un discours de « vente » bien pensé, dynamique et éclairé.

Ayez tous les arguments en mains, toutes les réponses possibles et tous les chiffres en tête.

Avec une telle préparation, votre financement sera à portée de main.

Bonne chance !

kit management de projet

Daniel

A propos de l'auteur

J'aime échanger, apprendre en permanence mais aussi partager mes expériences. Je suis certifié PMP depuis pas mal d'années, et j'ai mené à bien de nombreux projets majeurs. J'ai aussi accompagné de nombreux collègues jusqu'à la certification.

Les autres articles du dossier

{"email":"Adresse email invalide","url":"Url du site invalide","required":"Champ obligatoire non renseigné"}

Télécharger le Guide du

Chef de Projet

25 Conseils d'expert en Management de Projet

>