Qu’est-ce que la matrice de gestion des risques : Avec modèle

La matrice des risques

Qu’est ce que la matrice des risques ? Comment identifier les risques et comment construire la matrice des risques ?

Nous allons aborder ces sujets dans cet article et nous vous fournirons un exemple de matrice des risques avec un modèle à télécharger.

Quand vous gérez un projet, vous devez anticiper les risques divers qui peuvent survenir au cours de votre projet.

Cette anticipation doit se faire dès le début du projet, ainsi qu’une réflexion sur des solutions de rechange, de secours en cas de survenance d’un risque.

Vous pouvez formaliser votre anticipation des risques dans une matrice de gestion des risques.

Ce qu’il faut éviter

La politique de l’autruche : se voiler la face en se mettant la tête dans le sable, c’est-à-dire en ignorant les risques potentiels.

Le déni : pour ne pas rentrer dans la devise Shadock « quand il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème »… car refuser l’éventualité qu’une situation désastreuse puisse se produire relève du déni.

Bien que cela requière un peu plus de travail préalable, gérer ses risques en gestion de projet s’avère toujours payant sur le long terme.

Ce qu’il faut faire

Réfléchissez à des solutions de secours pour diminuer les conséquences négatives si une situation à risque se produisait. Je vais illustrer concrètement ce propos ci-après.

Comment réfléchir aux risques de votre projet ?

Il s’agit de penser aux risques potentiels, ainsi qu’aux actions préventives et aux actions correctrices.

Vous devez donc être capable d’identifier les risques par nature de risques. Vous trouverez ci-dessous une liste, non exhaustive, mais qui vous aidera dans votre réflexion.

On observe généralement les catégories de risques suivants :

  • Risques techniques : par exemple, votre projet implique l’utilisation d’une nouvelle technologie pas encore maîtrisée par vos ressources.
    Actions préventives associées : évaluez les besoins de formation éventuels de votre équipe projet avant le démarrage des tâches nécessitant la maîtrise de ces points faibles (langage informatique, nouvelle technologie, etc …).
  • Risques humains : maladie/décès d’une ressource projet importante, re-affectation prioritaire de vos ressources projet sur d’autres priorités opérationnelles ou sur d’autres projets par le management, incompétence des ressources par rapport aux tâches qui leur ont été données.
    Actions préventives associées : prévoir des personnes “backup” qui auraient les mêmes compétences que vos ressources projet et pourraient les remplacer en cas d’absence prolongée.
  • Risques juridiques : faillite d’un fournisseur avec qui vous êtes lié contractuellement, nouvelle législation qui bouleverse votre projet.
    Actions préventives associées : travailler avec le service juridique pour que les contrats vous liant à vos fournisseurs vous protègent au maximum, prévoir une veille juridique pour les aspects législatifs liés à votre projet.
  • Risques sur les délais : risque de dérapage sur le planning lié à une mauvaise estimation initiale de la durée nécessaire à l’exécution des tâches.
    Actions préventives associées : Lorsque vous planifiez un projet avec un logiciel de gestion de projet, prévoyez toujours un peu de marge sur les tâches pour prévenir des aléas pouvant survenir au cours du projet.
  • Risques intrinsèques à la gestion de projet : mauvaise affectation des responsabilités sur les tâches, plusieurs personnes affectées aux mêmes tâches sans répartition claire des rôles, mauvaise implication des parties prenantes et en particulier du ou des commanditaires du projet.
    Actions préventives associées : faites une formation préalable en gestion de projet et au logiciel de gestion de projet utilisé.

    Pour estimer les charges, utilisez des métriques, ou des plannings antérieurs utilisés sur d’autres projets.

    Autre possibilité : si vous savez déjà quels sont les membres de votre équipe projet qui vont travailler sur ces tâches, adressez-vous à eux.

    Revalidez avec eux la durée nécessaire en gardant bien entendu un regard critique car parfois certains membres de l’équipe projet donnent des délais plus longs surtout s’ils pensent que vous n’y connaissez rien, bref, restez vigilants!

    Une autre réalité qui existe aussi, si vous êtes amenés à travailler avec des juniors, il est possible que les durées qu’ils estiment dans l’exécution des tâches soient sous-évaluées par orgueil de leur part, une fois de plus, soyez vigilants !

Comment formaliser les risques et leurs actions préventives associées ?

Testez donc la matrice des risques qui présente en colonnes :

  • La nature du risque identifié;
  • Sa description;
  • Son niveau de gravité potentiel sur une échelle de 1 à 4 ou de catastrophique à mineur;
  • Le nom du responsable de la prévention de ce risque, souvent lié à la nature du risque;
  • La ou les actions préventives;
  • La ou les actions correctrices.

Comment construire une matrice des risques?

  • Pour construire la matrice des risques, il faut commencer par dresser un registre des risques.

    Le registre des risques est un tableau qui liste tous les risques, mais tout naturellement vous ne pouvez pas agir sur eux tous. Cela peut, en effet, nécessiter des budgets importants et des délais énormes, qui ne sont pas justifiés dans certains cas.

    Pour cela, il est conseillé d’utiliser la matrice des risques afin de déterminer sur quels risques vous devez agir.
  • Examiner alors vos risques un par un, et déterminer leurs impacts sur une échelle de 1 (Mineur) à 4 (Catastrophique), et la probabilité de leurs occurrences sur la même échelle, où 1 est improbable, et 4 est Très probable.
  • Dessiner une matrice avec l’impact sur l’axe des abscisses (X), et la probabilité sur l’axe des ordonnés, ensuite placer vos risques sur la matrice.
  • Le cadrant supérieur de la matrice est colorié en rouge, le cadrant central en orange, et le cadrant inférieur en vert.

La matrice des risques ressemble alors à cela:

Matrice des risques
  • Zone Jaune :

On considère ici le risque comme minimal et ne requiert aucune action.

Mais attention, il va falloir être vigilant, car un risque peut changer de status et peux donc passer d’une zone à l’autre.

  • Zone Orange :

On considère que les risques de cette zone sont gérables.

Pour ces risques-là vous pouvez, planifier des actions préventives et/ou correctives.

  • Zone Rouge :

On considère ici le risque comme dangereux et nécessite impérativement une intervention.

Il faut donc mitiger les risques R2, R6, R1 et R5, dans l’exemple de l’image ci-dessous.

Modèle de matrice des risques

Téléchargez un exemple de registre des risques, ainsi qu’un exemple de matrice des risques associée à ce registre, en cliquant sur le lien ci-dessous :

Matrice des risques

Vous pouvez aussi ajouter les critères suivants : probabilité d’occurrence sur une échelle de 1 à 4 par exemple et niveau de criticité directement sur le registre d’actions.

Prenez alors le temps de réfléchir à vos risques et à construire la matrice des risques !

Merci pour la lecture

Cet article vous a plu? Vous pouvez le partager:

Comments (18)

  1. raphael 10 mai 2020
    • Jalila Manal 13 mai 2020
  2. Khalid 3 mai 2020
    • Mohamed 3 mai 2020
  3. Ismaël 2 mai 2020
    • Dominique KABUE 3 juillet 2020
  4. talem hamza 30 avril 2020
  5. Mohamed 27 avril 2020
  6. Ibrahima 27 avril 2020
  7. Nathyca 27 avril 2020
    • Jalila Manal 1 mai 2020
  8. Pst. Jean Baptiste Kayumba 27 avril 2020
  9. anselme 27 avril 2020
    • Mohamed 3 mai 2020
  10. kaos polos grades 18 mars 2018
  11. Brahim 27 mai 2015
  12. Isabelle 20 mars 2015
  13. matthieu 6 septembre 2014

Laisser un commentaire