Scrum : Comprendre l’utilité et les spécificités de cette fameuse méthode agile

Scrum est une méthodologie issue de la méthode Agile. C'est un cadre méthodologique, Framework en anglais, de gestion de projet agile.

La méthode Agile englobe plusieurs méthodologies telles que : Kanban, Safe, le Lean Start-up ou encore le Design Thinking.

Elle doit répondre aux critères suivants :

  • Un client satisfait
  • Une équipe auto-organisée
  • L’incertitude acceptée

Je vous propose dans cet article un guide pour mieux assimiler les concepts et outils de cette fameuse méthodologie.

scrum

Qu'est-ce que l'agilité ?

Les méthodologies issues de la méthode Agile sont une alternative à la gestion de projet traditionnelle.

Faisant suite à l'explosion de la bulle internet, 17 experts du logiciel se réunissent et allient leur constat dans l’Agilemanifesto.

Leur intention est bien de remettre le « bon sens » au cœur du projet.

La notion de manifeste sous-entend l’idée d’une déclaration, d’un programme.

On comprend qu’il s’agit de la représentation d'un idéal à atteindre.

Toutefois, la manière d’y parvenir n'est pas explicitée.

De nouvelles méthodologies naissent tandis que d'autres s'évanouissent, tout comme certaines recettes se garderont jalousement tandis que d'autres disparaîtront.

En savoir plus sur l'agilité.

Qu'est-ce que le Scrum ?

D’après le guide Scrum, il s’agit d’un cadre de travail léger qui aide les personnes, les équipes et les organisations à générer de la valeur grâce à des solutions adaptatives pour des problèmes complexes.

L'intention derrière cette notion de cadre de travail léger, est d’en faciliter sa compréhension. 

Sa vocation n'est pas d'être associé à une procédure exhaustive et lourde à mettre en place.

Aussi, le guide reste succinct dans la mise en pratique afin de faciliter la collaboration avec d'autres méthodologies.

C'est en ça que l'on parle de cadre.

Sa finalité reste la résolution de problèmes complexes par la mise en place de solutions dites adaptatives.

Apporter de la valeur, c'est bien tout le challenge que vivent les équipes projets dans un contexte où les incertitudes sont importantes, voire grandissantes : incertitudes quant aux exigences, incertitudes quant aux technologies.

Abordons maintenant cette notion d'empirisme.

Un de ses aspects est l’idée de méthode de travail, l’autre relève de la tendance philosophique ou théorie induisant l’acquisition de connaissances grâce au fait d’expérimenter.  

D’où vient le Scrum ?

C'est en 2010 qu'est née la première version du guide Scrum.

Depuis lors, Ken Schwaber & Jeff Sutherland ont écrit pas moins de 6 versions de ce guide.

Force est de constater que la tendance va à la simplification d'une version à l'autre. 

La toute dernière version a été éditée en Novembre 2020.

Elle est d'ailleurs gratuitement accessible sur le site.

Le guide est proposé dans de nombreuses langues.

Chaque nouvelle édition est le reflet de la mise en pratique de cette méthodologie : simplification, valeur ajoutée, amélioration.

On l'a dit, l'intention de la méthodologie est de proposer une manière de faire, d'accompagner les équipes projets vers plus d'Agilité.

Approfondissons notre métaphore autour de la recette. 

Le menu se compose des 4 valeurs du manifeste agile :

  • Les ingrédients seraient les composantes de la méthodologie
  • Les ustensiles pourraient être représentés par les éléments sous-jacents tels que l'empirisme, les piliers, et les valeurs
  • Le pas à pas sera précisé dans le guide. On devine qu'il peut exister différentes manières de faire pour cuisiner un plat en sauce, on peut varier les ingrédients, on peut adapter les ustensiles ou les étapes

Ainsi, la méthodologie Scrum sert un objectif d’efficacité des équipes tout en optimisant toujours plus son livrable.

Pour ce faire, le client est mis au centre du projet durant toute sa durée.

Cela permet ainsi d’assurer des feed-backs réguliers de ce dernier pour satisfaire entièrement ses besoins.

L’approche itérative et incrémentale

Derrière la notion de processus itératif apparaît l'idée d'activités qui se succèdent et qui sont répétés jusqu'à atteindre un résultat procurant une valeur ajoutée jugée suffisante.

Avec l'approche incrémentale, on va venir améliorer notre produit, c'est à dire notre proposition de valeur en venant ajouter des incréments.

Ainsi, en combinant ces 2 approches itératives et incrémentales, nous sommes dans l'action : nous expérimentons. Nous proposons. Nous captons des retours. Nous améliorons. Puis nous recommençons.

Les piliers Scrum

Probablement que vous avez déjà entendu parler des notions de transparence, d'inspection ou encore d'adaptation.

Ces piliers sont là pour guider l'équipe Scrum dans un environnement complexe, voire confus.

Il s'agit de :

  • L'inspection
  • L'adaptation
  • La transparence 

Leur objectif sera de rappeler l'impartialité de la communication.

On regarde notamment les indicateurs et des progrès dans le projet, et ce, vis-à-vis de toutes les parties prenantes.

Leur intention est aussi d'encourager sans cesse l'amélioration continue et l'intelligence collective.

Voyons chaque pilier un peu plus en détails :

1) La transparence

Il s'agit ici de rappeler à chacun des membres de l'équipe et de l'organisation que la transparence est de mise, chacun à son niveau. 

Bien entendu, elle se manifestera différemment en fonction de notre rôle dans le projet.

2) L'inspection

Le second pilier, l'inspection est possible dès lors que le premier pilier, la transparence, est robuste.

D'après le guide de référence, « les progrès vers les objectifs convenus doivent être inspectés fréquemment et avec diligence pour détecter des écarts ou des problèmes potentiellement indésirables. »

Aussi, nous verrons que les différents événements auront bien pour vocation à soutenir, entre autres, ce pilier de l'inspection.

Inspecter notre produit, notre manière de fonctionner nous amènera inévitablement à constater des axes d'amélioration.

3) L'adaptation

En ça, l'inspection facilite le 3e pilier qu’est l'adaptation.

En effet, dès lors que nous nous éloignons des limites acceptables, il devient nécessaire, voire urgent, de s'adapter. 

Si l'équipe vient à constater qu'il est nécessaire d'adapter pour servir l'objectif de l'itération, alors elle pourra le faire en toute transparence vis-à-vis des parties prenantes et de l'organisation.

Quelles sont les valeurs Scrum ?

En complément des piliers, le cadre Scrum s'appuie sur 5 valeurs qui font référence à des « compétences molles » indispensables à la bonne exécution du cadre.

C'est en manifestant ces valeurs que les membres de l'équipe et les parties prenantes pourront développer une confiance indispensable au succès du projet.

valeurs scrum

Il s'agit de/du :

  • Courage
  • Focus
  • Respect
  • Engagement
  • Ouverture

Les valeurs du guide sont complémentaires aux valeurs véhiculées par l’Agilité, elles ne les remplacent pas.

Les valeurs du guide viennent renforcer les piliers et sont à la base du bon fonctionnement de l'équipe.

fondamentaux du scrum

Les 3 outils de travail (artefacts scrum)

L’organisation de travail est complétement différente de celle de la gestion de projet en prédictif, c’est la raison pour laquelle les outils de travail le sont aussi.

3 outils sont continuellement présents tout au long de votre projet :

  • Sprint Backlog
  • Product Backlog
  • Incrément Produit

En savoir plus sur les artefacts.

1) Sprint Backlog

Nous évoquons régulièrement le sprint, comprenez la période de production de l’équipe de développement.

Dans chaque sprint (ou itération) on effectue un certain nombre de tâches qui vont contribuer à délivrer le livrable (ou incrément) qui se veut opérationnel.

Chaque sprint aura son objectif et l’itération durera le même temps (entre 1 et 4 semaines).

Cela dépendra bien sûr de la durée totale du projet ou encore de l’effort que le client est prêt à fournir.

2) Product Backlog

Lors du Sprint, l’équipe vient se référer au Product Backlog.

Cet outil recense toutes les fonctionnalités attendues par le client.

Il est alimenté par le Product Owner après chaque entrevue avec le client.

Le Sprint Backlog va être construit à partir du Product Backlog.

Ici l’intention est de prioriser les besoins à couvrir pour le Sprint à venir.

Le but est de proposer un Produit Minimum Viable dès la fin du premier Sprint avec les fonctionnalités de base.

3) Incrément produit

L’incrément produit est l’amélioration et l’adaptation du Produit Minimum Viable, il va donc survenir à partir du second Sprint.

Qui compose l'équipe Scrum ?

Le Product Owner (PO) est en contact avec le client pendant toute la durée du projet et fait le point régulièrement avec celui-ci.

Il alimente le Product Backlog en priorisant les besoins ayant le plus de valeur ajoutée pour le client.

L’équipe de développement est auto-organisée et se focalise uniquement sur la réalisation du projet.

Elle possède les compétences techniques pour apporter une solution.

Le Scrum Master est le garant de la mise en application de la méthodologie.

Il peut gérer la dynamique d’équipe ainsi que les conflits.

Quelles sont les 4 rituels Scrum ?

Voici les 4 rituels du cadre Scrum :

1) Sprint planning

Le sprint planning a pour objectif de déterminer ce qui sera fait durant le sprint.

L'équipe échange et clarifie les nouveaux besoins.

2) Daily meeting

Le Daily Meeting synchronise l’équipe de développement. À ce titre, 15 minutes seront dédiées aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que j’ai fait hier pour l’objectif du sprint ?
  • Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui pour l’objectif du sprint ?
  • Qu’est-ce qui bloque mon avancée durant le sprint ?
  • Chacun répondra pour maintenir le niveau d’informations

3) Sprint Review ou revue de sprint

La Sprint Review permet la rencontre de l’ensemble des parties prenantes du projet dans le but d’inspecter le produit (incrément).

L'équipe va présenter à chaque fin de Sprint les avancées au client.

Ces revues permettent de capter son feed-back et d’ajuster en conséquence.

Cette revue nourrit le Product Backlog.

4) Rétrospective

La rétrospective, dernière étape, conclut l’itération en inspectant les manières de fonctionner de l’équipe.

Ici, ce n’est pas le produit qui intéresse, mais bien le process. 

Elle permet de donner la parade à chacun, et in fine d’introduire des axes d’amélioration pour les itérations suivantes.

Cette étape permet à l’équipe de trouver le bon équilibre.

Conclusion

En conclusion, on peut constater que le Scrum est relativement simple à comprendre.

Tout s’articule autour de 3 composants du cadre : les artefacts, les rôles et les rituels.

Eux-mêmes se déclinent en sous-composant ayant un objectif répondant à un besoin bien spécifique.

Restera à le mettre en pratique afin de toucher du doigt les subtilités qui en découlent.

Kit management de projet
Kit Management Projet

AUDREY DEGUARA

A propos de l'auteur

Impliquée dans l’univers du projet depuis son Master Spécialisé au Canada en 2003, Audrey accompagne les projets en guidant les chefs de projet et les product owners/ scrum masters à tirer le meilleur des équipes projet.

Passionnée par le projet et l’Humain, elle s’est investi dans divers secteurs d’activité. Toutes ses expériences ont comme fil rouge, l’accompagnement autour de ce sujet.

Les autres articles du dossier

{"email":"Adresse email invalide","url":"Url du site invalide","required":"Champ obligatoire non renseigné"}

Télécharger le Guide du

Chef de Projet

25 Conseils d'expert en Management de Projet

Guide du Chef de Projet
>